De l’entretien des zones humides aux procédés de phytoépuration

Derniers articles

Voilà une expression de langue française bien curieuse !

Le sud de la France et de l'Europe ressentent les effets de la dés

Pour limiter les effets du changement climatique, plantons.

ChristopheBernier
La phytoépuration imite les capacités épuratrices des zones humides. Cliché : C. Bernier, 2014

Les zones humides sont les meilleurs systèmes d’épuration des eaux usés de notre planète.

Les végétaux aquatiques possèdent en effet une grande capacité de filtration et de fixation des effluents, due en grande partie à leur grande consommation d’eau et leur forte productivité.

De plus en plus de stations d’épuration des eaux usées sont équipées de systèmes d’épuration par les plantes (= phytoépuration).

Chez le particulier, l’assainissement individuel peut également être réalisée via des rhizophères : des bacs de sables plantés de roseaux, iris jaune, menthe aquatique, etc.

L’efficacité des plantes aquatiques pour absorber les effluents domestiques est telle, que beaucoup de propriétaires ont créé une mare à l’exutoire de leur assainissement individuel et que grenouilles, libellules et plantes hydrophytes s’y sont développées.

Ajouter un commentaire

Un engagement inscrit dans la durée