Le torchis de terre et de paille

Derniers articles

Voilà une expression de langue française bien curieuse !

Le sud de la France et de l'Europe ressentent les effets de la dés

Pour limiter les effets du changement climatique, plantons.

ChristopheBernier
Torchis réalisé au siège social d'HELICE BTPEI. Cliché : C. Bernier, 2013

C’est un matériau naturel et sain, très peu cher mais long et pénible à réaliser !

Utilisé de façon traditionnelle dans les régions naturellement pauvres en pierre de construction, les torchis de paille et de terre offrent des qualités thermiques indéniables.

Les propriétés isolantes sont bien connues et la résistance thermique d’un torchis riche en paille de 10 centimètres d’épaisseur est de l’ordre de 1 mètre carré-kelvins par watt, soit la même que celle du béton de chaux et de chanvre.

De plus, le torchis est un matériau très dense qui possède une bonne inertie thermique (résiste longtemps au passage du froid et du chaud).

De ce fait, les maisons traditionnelles en torchis présentent généralement un confort thermique : maintien de la chaleur intérieure en hiver et fraîcheur estivale.

Si la construction de murs intégralement en torchis apparaît peu opérationnelle à l’heure actuelle pour des constructions neuves, le torchis peut en revanche être réalisé pour isoler intérieurement des constructions anciennes en pierre, en pisé ou en briques.

De plus, le torchis peut être utilisé comme matériau pour isoler thermiquement et phonétiquement des cloisons intérieures. On réalisera dans ce cas de figure une cloison en Fermacell ou panneau OSB et doublé de l’autre côté de 5 à 10 cm de torchis.

Cette technique est particulièrement approprié pour réaliser des cloisons de type « colombages ».

Ajouter un commentaire

Un engagement inscrit dans la durée