Les remblais de terre arable

Derniers articles

Voilà une expression de langue française bien curieuse !

Le sud de la France et de l'Europe ressentent les effets de la dés

Pour limiter les effets du changement climatique, plantons.

ChristopheBernier
Remblai de terre arable sur le causse de Blandas. Cliché : C. Bernier, 2014.

La terre arable est la terre qui recouvre naturellement les sols dans les zones naturelles et cultivées, à l’exception des sols sablonneux, tourbeux et des affleurements rocheux.

Il s'agit de la partie « vivante » superficielle du sol, là où sont présents les insectes, arachnides, vers de terres, millepattes, cloportes, champignons et bactéries qui composent son écosystème.

Par rapport aux terres inertes, les terres arables se reconnaissent aisément par leur coloration plus foncé, souvent brun sombre, du fait de la présence d'humus dans le sol.

Les plantes cultivées poussent plus vite mieux dans la terre arable, ce qui n’est pas forcément le cas de plantes poussant dans les milieux naturels pauvres (marais, rochers, pelouses).

Le remblaiement de terre arable permet d'accélérer la reconstitution d'un couvert herbacé, mais il faut veiller à ce que la terre utilisée ne soit pas trop déséquilibrée : trop argileuse elle aura tendance à être saturée d’eau en hiver, trop sablonneuse elle sera très drainante, tourbeuse elle sera vite lessivée, etc.

De plus, le fait de réaliser des terrassements de terre vous expose à l’arrivée dans votre environnement de végétaux exotiques extrêmement envahissants : Aillante élevé, Robinier faux acacia, Raisin d’Amérique, Ambroisie, etc. Il faudra donc veiller à supprimer ces pestes végétales dès l’apparition des premières plantules.

 

Ajouter un commentaire

Un engagement inscrit dans la durée